Accès direct au contenu

Accessibilité Accueil Plan du site Contact

  education.gouv.fr

DSDEN57 > L'école, l'élève et la famille > Santé à l'école

Santé à l'école


  • Missions et activités de l’infirmier(ère) EN

    Les missions et les actions de promotion de la santé des infirmiers(ères) de l'Education Nationale se déclinent sur le terrain à partir de la prise en charge globale de l'élève, depuis la grande section maternelle jusqu'aux classes post-bac intégrées dans les lycées, que l'infirmier(ère) soit affecté(e) uniquement en établissement du second degré ou en poste miste ( collège(s) + écoles du secteur géographique).
    Pour mieux appréhender les multiples fonctions de son champ de compétences, on pourrait synthétiser ses activités selon 3 types d'actions :
     

    1) Des actions de prévention

    - Accueillir et accompagner tout élève qui le (la) sollicite pour quelque motif que ce soit, y compris d'ordre relationnel ou psychologique dès lors qu'il y a incidence sur sa santé ou sa scolarité. Après un entretien personnalisé, moment privilégié qui permet de nouer une relation de confiance au cours de laquelle l'élève peut exprimer une demande, un malaise, une souffrance en toute confidentialité, il (elle) évalue la situation, pose un diagnostic infirmier dans le cadre de son rôle propre, met en place la demande de soins adéquate. Dûment formé(e )à cet effet, il (elle) est à même de jouer un rôle d'observation, de dépistage et de relais dans le domaine de la santé mentale.

    - Il (elle) organise les urgences et les soins et en concertation avec le chef d'établissement, met en place le protocole d'urgence en son absence.

    - Il (elle) participe à la détection précoce des difficultés d'apprentissage lors d'un dépistage infirmier notamment au cours du bilan des élèves de 5-6 ans ainsi que plus tard auprès des élèves de CE2.
     

    2) Des actions de suivi infirmier

    - Suite à la demande spontanée de l'élève, parfois de sa famille, à partir d'une situation repérée par un membre de l'équipe éducative ou encore lors de son propre dépistage infirmier ( entretien confidentiel, bilan de santé...) l'infirmier(ère) organise le suivi de l'état de santé des élèves : il (elle) transmet des avis aux parents si nécessaire, oeuvre à une intégration facilitante pour les jeunes atteints de maladies chroniques ou de handicaps divers et porte une attention particulière aux élèves en difficulté de quelqu'ordre que ce soit : signes inquiétants de mal être, désinvestissement scolaire......

    - Dans le cadre de son rôle propre et selon la nature des situations rencontrées, il (elle) engage une collaboration avec les partenaires institutionnels concernés, les parents et les réseaux extérieurs si l'urgence le justifie.

    - Il (elle) applique les traitements ambulatoires compatibles avec la scolarité, traitements prescrits par le médecin de famille ou, le cas échéant, de sa propre initiative selon les règles inhérentes à l'exercice de sa profession.

    - Il (elle) participe à la mise en place de dispositifs lors d'événements graves survenant dans la communauté scolaire.

    - Il (elle) intervient en urgence auprès d'enfants ou d'adolescents en danger ( victimes de maltraitance ou de violences sexuelles) autant que possible en collaboration avec ses collègues assistants sociaux et médecins de l' Education Nationale.

    - Il (elle) agit en cas de maladies transmissibles survenues en milieu scolaire.

    - Il (elle) apporte tout conseil et aide aux adultes de la communauté qui en font la demande.

    - Parce que l'Ecole est un lieu de vie et de communication, le travail de l'infirmier (ère) s'effectue en synergie avec tous les membres de la communauté éducative, dans le respect des compétences de chacun et requiert d'organiser efficacement le partenariat.

    3) Des actions éducatives pour la santé

    Référent (e) de santé de la communauté éducative, conseiller(ère) technique auprès des chefs d'établissement et/ou directeurs d'école, l'infirmier(ère) est on ne peut plus au coeur de son métier lorsqu'il (elle) promeut une vision positive de la santé. Que ce soit sous la forme d'un conseil individuel ou d'une action collective, il (elle) cherche lors d'une approche respectueuse à valoriser les capacités des élèves à faire des choix pour eux mêmes et pour les autres, à développer leur esprit critique et leur esprit de responsabilité. La circulaire n° 2006-197 du 30-11 2006, pose le cadre fédérateur de toutes ces actions éducatives au travers de la mise en place des Comités d'Education pour la Santé et la Citoyenneté ( CESC). Pour plus de détails au sujet des thématiques abordées, du fonctionnement et de la composition des CESC, des partenariats extérieurs, veuillez consulter la rubrique " Education pour la Santé et la Citoyenneté".
     

    Martine Szymkowiak - Infirmière responsable départementale, Conseillère technique - DSDEN 57
    - Martine.Szymkowiak@ac-nancy-metz.fr

    Cf BO n°1 HS du 6 janvier 2000, protocole d'urgence dans les EPLE

  • Apprendre à porter secours ( APS)

    L'initiation aux gestes de 1er secours « Apprendre à porter secours » : Une thématique toujours à enseigner !

    Cadre juridique : BO Hors série n°3 du 19 juin 2008
     

    Partant du socle commun de connaissances et de compétences défini par le décret du 11 juillet 2006, qui en constitue la référence, le programme « Apprendre à porter secours » s'adresse aux enfants de :
     

    1) L'école maternelle

    En lien avec le domaine d'activités « Découverte du monde », un enfant doit être capable à la fin de l'école maternelle de : repérer un danger et le prendre en compte.

    2) L'école élémentaire

    En lien avec le domaine de compétences n°6, les compétences sociales et civiques, un enfant doit être capable de : CP - CE1 Appeler les secours, aller chercher de l'aide auprès d'un adulte.

    CE2 - CM1 - CM2 Faire quelques gestes de premier secours

    Le BO n°45 du 27 novembre 2008 présente la mise en oeuvre du livret scolaire remis aux parents à la fin du CM2. Il prévoit la délivrance de l' attestation APS ( annexe 3 )

    La formation au stage APS dure 6 heures

    Groupe de 12 à 16 personnes maximum/ 2 infirmiers (ères) + 1 conseiller pédagogique ou maître de formation
     

    Pré-requis : être détenteur du PSC1
    a) 3 heures : révision des gestes par la Mission de Promotion de la Santé
    b) 3 heures : application pédagogique en lien avec les programmes d'enseignement par les Professionnels de l'enseignement

    1) Travail en petits groupes : - choisir un domaine d'activités ou de compétences
    2) Créer une activité pour transmettre cette compétence
    3) Restitution plénière . Outils à consulter et s'en munir pour le stage : Guide Repères Ecole : « Apprendre à porter secours » ( pistes pédagogiques, sous forme de fiches, pour chaque cycle) site EduScol : www.eduscol.education.fr
     

    Mission de Promotion de la Santé en faveur des élèves - DSDEN 57 Martine Szymkowiak infirmière conseillère technique départementale

  • Education à la sécurité en milieu scolaire

    Il entre dans les missions du ministère de l'Éducation nationale d'assurer la sécurité des personnels et des élèves dans l'enseignement primaire et secondaire, mais aussi de prévoir une éducation à la sécurité.

    Le décret n°2006-41 du 11 janvier 2006, codifié dans les articles D. 312-40 à D. 312-42 du code de l'Éducation prévoit dans les établissements d'enseignement publics et privés sous contrat, l'obligation d'assurer  :


    une sensibilisation à la prévention des risques ;
    une information sur les missions des services de secours ;
    une formation aux premiers secours ;
    un enseignement des règles générales de sécurité.
    Cette éducation à la sécurité est une éducation citoyenne qui se construit de l'entrée à l'école maternelle à la fin des classes de lycée.


    Mise en œuvre
    La circulaire 2006-085 du 24 mai 2006 relative à l'éducation à la responsabilité précise les conditions de mise en œuvre d'une éducation à la sécurité en milieu scolaire.


    Le système éducatif français a fait le choix d'une approche globale de l'éducation à la sécurité, prise en compte de manière transversale et interdisciplinaire, dans le cadre des horaires et des programmes ainsi que dans la vie scolaire.
    Elle figure dans le socle commun de connaissances et de compétences dans deux domaines :


    les compétences sociales et civiques ;
    les acquisitions qui concourent à structurer l'autonomie et l'initiative.


    Inscrite dans les projets d'école ou d'établissement, sa mise en œuvre incombe aux enseignants et aux personnels d'éducation.


    L'organisation de la formation en milieu scolaire se décline de la façon suivante :


     À l'école primaire : Apprendre à porter secours (APS)
     Au collège et au lycée d'enseignement général : Prévention et secours civiques niveau 1(PSC1)
     Au lycée professionnel et technologique : Prévention et secours civiques niveau 1(PSC1) et Sauvetage secourisme du travail (SST)


    Cette éducation bénéficie des ressources suivantes :

    Un réseau de correspondants académiques et départementaux "sécurité", contribue localement à la mise en œuvre effective de cette éducation dans ces trois domaines avec l'appui des coordonnateurs académiques risques majeurs ;
    les médecins et infirmiers conseillers techniques auprès des recteurs et auprès des inspecteurs d'académie ;
    des outils ou des documents pédagogiques régulièrement renouvelés.


    Extraits des textes référenciels du site Eduscol


    Mission de promotion de la santé en faveur des élèves - DSDEN 57
    Martine Szymkowiak - infirmière conseillère technique départementale

  • Le Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté

    Le cadre fédérateur des actions d'éducation à la santé et à la citoyenneté se nomme : " Comité d'Education à la Santé et à la Citoyenneté" ( CESC)
    Le décret n° 2005-1145 du 09 septembre 2005 inscrit le CESC dans le pilotage de chaque établissement scolaire du second degré et l'intègre à la politique globale de réussite de tous les élèves : ses missions y sont définies, sa composition clairement précisée, la contribution des partenaires organisée en fonction des problématiques éducatives à traiter.
    Ainsi le CESC :
    - contribue à l'éducation à la citoyenneté ;
    - prépare le plan de prévention de la violence ;
    - propose des actions pour aider les parents en difficultés et lutter contre l'exclusion ;
    - définit un programme d'éducation à la santé et à la sexualité et de prévention des comportements à risque.

    Le CESC, instance de réflexion, d'observation et de veille, conçoit ses projets, les met en oeuvre et les intègre au projet d'établissement.
    La composition intercatégorielle de ses membres ( représentants des élèves, des parents, des différents personnels enseignants et non enseignants de l'établissement...) permet de créer une dynamique au sein même de l'établissement qui devient force de propositions de projets.
    C'est en équipe et en articulant au maximum les thématiques abordées aux disciplines enseignées dans l'emploi du temps des élèves que le CESC développe son rôle éducatif efficacement.
    A cette fin, l'académie de Nancy-Metz a réalisé un document proposant un ensemble non exhaustif de fiches qui font état de pistes stratégiques, de ressources pour un travail en équipe :
    " Les CESC"
    - pour une approche transversale de la citoyenneté
    - pour une éducation à la responsabilité

    Les actions menées dans le cadre du CESC correspondent à un des piliers du Socle commun de connaissances et de compétences à savoir l' acquisition des compétences sociales et civiques : décret n° 2006-830 du 11 juillet 2006.

    Pour plus de détails concernant la méthodologie de fonctionnement, l'animation des CESC...., veuillez vous référer au BO n°45 du 7 décembre 2006. Pour plus de détails concernant les thématiques qui peuvent y être développées, veuillez consulter le site : Eduscol - sommaire - vie des établissements et politique éducative- CESC

    Mission de promotion de la santé en faveur des élèves - DSDEN 57 Martine Szymkowiak - infirmière conseillère technique départementale

  • Missions du Médecin de l’Education Nationale

    Missions du Médecin de l'Education Nationale

    Le champ d'activité d'un I&eacwtu;decin de l'Education Nationale correspond à ce qu'on appelle traditionnellement la Santé Scolaire.
    Le Médecin de l'Education Nationale, professionnel de la santé au sein de l'institution scolaire, agit en tant que conseiller technique en Santé Publique (décret 91-1195 du 27 novembre 1991).

    Que fait un médecin de l'éducation nationale ?

    Des actions médicales individuelles :

    Bilan de santé obligatoire chez l'enfant au cours de sa 6ème année ( en grande section de maternelle) en présence d'au moins d'un des parents :

    -examen médical,
    -dépistage précoce des difficultés pouvant entraver la scolarité,
    -moment privilégié de dialogue avec l'élève et sa famille,
    -proposition d'adaptation de la scolarité aux besoins de l'enfant.

    Bilan d'orientation à la sortie du collège :

    -examen médical,
    -conseils médicaux personnalisés pour le choix d'un métier,
    -espace d'écoute.

    Examen médical des élèves des sections de lycées professionnels et techniques comportant des machines réputées dangereuses.

    Examen à la demande :

    -des équipes pédagogiques, administratives, éducatives (conseiller principal d'éducation, assistants d'éducation),
    -des parents,
    -des élèves eux-mêmes.

    Un suivi des publics prioritaires :

    Élèves en difficulté scolaire, familiale, personnelle, culturelle.
    Élèves en situation de handicap ou porteurs de maladies chroniques , pour favoriser leur intégration.

    Des interventions en urgence :

    Élèves en danger (sévices, abus sexuels...).
    Maladies infectieuses à risque épidémique (méningite, tuberculose, toxi-infection alimentaire).

    Des actions collectives :

    Participation à la formation des jeunes dans le domaine des sciences de la vie.
    Actions de prévention, protection et éducation à la santé intégrées au projet d'école ou d'établissement.
    Surveillance, recherche et concertation en ergonomie, hygiène, sécurité et amélioration du cadre de vie.
    Participation aux campagnes nationales de santé publique concernant les maladies transmissibles et les comportements présentant un danger pour l'individu et la collectivité.

    Des actions de santé publique :

    Recherche et collecte de données épidémiologiques et socio-culturelles.
    Identification des besoins, sélection des indicateurs les plus pertinents.
    Évaluation des programmes d'intervention et des actions.

    Un travail en équipe et partenariat :

    Au sein du service de promotion de la santé en faveur des élèves avec les secrétaires médico-scolaires et les infirmières.
    Avec le service social en faveur des élèves.
    Dans les établissements scolaires avec les enseignants, les personnels éducatifs et administratifs.
    Hors éducation nationale avec les professionnels médicaux et paramédicaux, les associations, les élus, les autres services publics.

  • Présentation du service infirmier de l’Education Nationale en Moselle

    Les infirmiers(ères) de l'Education Nationale appartiennent à la Mission de Promotion de la Santé en faveur des Elèves et de ce fait, participent à la politique en matière de prévention et d'éducation à la santé en vue de favoriser la réussite des élèves et des étudiants.Infirmiers(ères) diplômés d'état, ils (elles) constituent un corps particulier au ministère de l'Education Nationale qu'ils (elles) rejoignent après la réussite du concours.
     

    En Moselle, le service est composé de plus de 150 infirmiers répartis sur 4 bassins géographiques : Metz - Thionville - Houiller - Sarrebourg/Sarreguemines.Sous l'autorité du Directeur Académique, un(e) infirmier(ère) conseiller(ère) technique responsable départementale assure la coordination des différentes activités des infirmiers (ères) en accord avec les orientations définies par la politique de santé arrêtée par le ministre, les orientations prises par le recteur et les actions prioritaires départementales inspirées par les besoins du terrain.
     

    Les missions et activités spécifiques d'un(e) infirmier(e) de l'Education Nationale s'expriment et s'articulent autour de 3 mots essentiels : Promotion - Prévention - Education. (pour plus de détails, voir l'article concernant les Missions et activités de l'infirmier(ère)EN sur le terrain)
     

    Dans les écoles et/ou dans les établissements du second degré, l'infirmier(ère) EN est présent(e) au quotidien dans l'environnement des élèves tout au long de leur scolarité.La proximité et la disponibilité qu'il (elle) entretient avec les chefs d'établissement, directeurs d'école, les équipes éducatives et en particulier les élèves eux-mêmes voire leurs familles mettent en évidence son rôle à la fois relationnel, technique et éducatif.
     

    Infirmière conseillère technique responsable départementale :

    MartineSzymkowiak
    Tél secrétariat : 03 87 56 05 69 Fax : 03 87 63 38 11

    courriel : Martine.Szymkowiak@ac-nancy-metz.fr

    cf BO n°1 du 25 janvier 2001
  • Présentation du service médical et des centres médico-scolaires

    Présentation du service médical en faveur des élèves
     

    • Conseillère Technique de l'nspecteur d'Académie et Médecin Responsable Départemental :

     
    Docteur Jocelyne Martin-Dechanet

     

     
    Bureau :
    27 place Saint Thiebault
    57000 METZ
    Tel 03 87 56 05 69 

     
    Adresse postale :
     Inspection académique
     1 Rue Wilson
     BP 31044
     57036 METZ CEDEX 1
     

    • 20 Médecins de l'Education Nationale de Secteur (appelés traditionnellement Médecins scolaires) : 13 titulaires, 3 contarctuelles et 4 vacataires
    • 11 Secrétaires
    • 11 Centres Médico-Scolaires

mise à jour le 23 novembre 2012